La foire aux questions

La F.A.Q. devient un nouveau moyen d’obtenir une information sur les principales questions que vous pouvez vous poser concernant la Communication Facilitée et la Psychophanie.

Pourquoi différencier la communication facilitée de la psychophanie ?

Historiquement, la première technique ayant vu le jour est la Communication Facilitée, qui a été développée en Australie dans les années 1980 par la pédagogue Rosemary Crossley pour des personnes souffrant d’infirmité motrice cérébrale ou d’autisme .

Anne-Marguerite Vexiau, orthophoniste française s’étant formée à la CF en Australie, l’a introduite en France en la  pratiquant au départ auprès d’enfants handicapés. Elle a ensuite élargi son usage, découvrant au fur et à mesure de ses recherches la valeur thérapeutique de la CF auprès de toute personne, y compris les personnes valides, bien qu’il faille pour cela pratiquer différemment. C’est à la demande de Rosemary Crossley qu’elle a alors établi une distinction dans sa pratique entre la CF et ce qu’on nomme maintenant la psychophanie.

On peut ainsi définir la communication facilitée comme un outil de communication et d’apprentissage permettant aux personnes handicapées privées de parole ou limitées dans leur communication de s’exprimer et d’acquérir des connaissances. Son objectif est de pouvoir s’exprimer de la manière la plus autonome possible.

Et la psychophanie (du grec « psyché » âme, et  « phan » mettre à jour) est définie comme expression de l’être profond ayant en soi une valeur thérapeutique. À la différence de la CF, elle se pratique sans coordination oculomanuelle.

Qui peut en bénéficier ?

Toute personne ayant une déficience ou une difficulté dans la communication : Enfants et adultes autistes, trisomiques, IMC, polyhandicapés, sourds, aveugles, aphasiques, patients atteints de la maladie de Parkinson ou d’Alzheimer, personne dans le coma… De même, toute personne valide peut bénéficier de la Psychophanie.

Est-ce que dans mon cas la communication facilitée ou la psychophanie m’aiderait ?

Cette technique de communication aidera des personnes ayant de graves déficits ou une impossibilité de communication dans leur quotidien. Elle aidera aussi les personnes valides ou handicapées à exprimer des ressentis profonds émanant de leur inconscient, ce qui a généralement une influence positive pour chacun.

Par exemple telle personne dans le coma qui par la CF gardera un contact avec son entourage, permettant, d’après nos observations empiriques, une récupération plus rapide après son réveil.

Telle autre atteinte de maladie d’Alzheimer ou de Parkinson, qui par ce biais exprimera des besoins et des souhaits permettant à son entourage de mieux l’accompagner.

Tel enfant souffrant de troubles du comportement et qui exprimera ainsi la cause de son malaise lequel pourra s’atténuer, et selon les cas, disparaître. Les généralisations sont délicates mais les résultats surprennent souvent.

Telle personne avec autisme dont les phases de violence (par exemple) pourront disparaître  grâce au soulagement que lui procurera la capacité à s’exprimer en CF et donc à être entendu sur les raisons de son malaise: peur du bruit, dégoût pour tel aliment, hantise de telle situation, besoin divers…

Comment se passe une séance de psychophanie ?

La personne qui consulte (le facilité), est assise à côté du praticien (le facilitant) qui lui soutient la main en lui présentant un clavier alphabétique. La facilitant accompagne le mouvement de la main qui frappe sur les touches du clavier, et lit le texte qui s’inscrit au fur et à mesure de la frappe, ou après celle-ci. Le rythme des séances est variable, il est généralement d’une séance toutes les trois ou quatre semaines.

 

Comment se passe une séance de communication facilitée?

Avec l’aide d’un partenaire (le facilitant) qui lui soutient la main, la personne apprend à désigner des objets, des images et des mots écrits pour faire des choix de vie courante ou pour acquérir des connaissances. Elle peut aussi grâce à cet appui, exprimer dans un langage structuré des choses plus complexes et établir un dialogue avec le facilitant. Le rythme des séances peut être de deux à trois par semaine et d’autant plus si l’on cherche à obtenir une frappe autonome. L’autonomie dans la frappe existe chez quelques personnes, ce qui n’est pas toujours possible à atteindre. La CF, même non autonome, représente déjà une aide essentielle chez ces personnes dans leur quotidien.

Pourquoi utiliser un clavier alphabétique (d’ordinateur ou de type organiseur) ?

L’utilisation du clavier permet de taper et d’enregistrer lettre après lettre les mots qui constituent le texte de la personne. Un clavier sur papier permet cela, mais un clavier d’ordinateur permet d’enregistrer le texte et l’imprimer ensuite.

 

Est-ce curatif ?

La CF et la psychophanie interviennent uniquement pour faciliter l’expression du patient, et par ce biais, aider à l’amélioration de son état, mais elles ne sont pas curatives au sens médical du terme. Le praticien en psychophanie n’a jamais pour but de se substituer au médecin traitant. La reconnaissance de la personne comme quelqu’un qui est digne de s’ exprimer peut avoir des conséquences curatives.

Est-il nécessaire de savoir lire et écrire pour être facilité en CF ?

Non, en CF  il semblerait que le facilité utilise les capacités cognitives du facilitant

Comment ça marche ?

Aucune étude suffisamment approfondie n’a permis à ce jour de comprendre les processus physiologiques mis en jeu par la CF et la psychophanie. Toutefois, un des buts de l’association est d’obtenir qu’une étude sur ses fondements et son utilisation soit réalisée.
Les effets positifs de la CF (et psychophanie) sur le comportement de personnes avec autisme ont pu être mesurés par plusieurs études du Dr Gepner, de l’Université d’Aix-Marseille.
En savoir plus sur l’étude >

Quels sujets sont-ils abordés ?

Les sujets varient selon les facilitants et les facilités. Leur panel est très large. Cependant on peut dire que en CF où la communication se base sur des éléments plus proches de l’état de conscience, les facilités exprimeront des préférences, des souhaits ou des besoins liés à leurs centres d’intérêts, leur confort, leur mode de vie… Tandis qu’ en psychophanie, ils pourront exprimer des choses moins accessibles a priori à leur conscience mais liées à leur histoire personnelle ou à l’histoire de leur famille, qui sont davantage d’ordre émotionnel, affectif ou existentiel, difficile pour eux à énoncer par la simple parole.

Dit-on tout ?

On en dit plus par la psychophanie que par la parole. Cependant, la pratique connue aujourd’hui est ponctuée d’exemples où le facilité de lui-même, (c’est-à-dire dans le texte qu’il produit) pose des limites à ce qu’il exprime, ce qui constitue en soi une garantie sur le plan éthique et un « garde-fou » pour la personne.

Qui peut se former à la CF et à la psychophanie ?

Des parents de personnes handicapées et des professionnels médicaux et paramédicaux, des praticiens de la relation d’aide.
(pour plus de détails consultez la rubrique  formation.)

D’autres questions

N’hésitez pas à nous poser les questions en contactant l’association.

 

Les commentaires sont clos.